Reforme 2

Un système démocratique qui ne se base pas un tant soit peu sur les mœurs et structures traditionnelles n’est pas de nature pérenne. Concernant l’Afrique, la stabilité politique durable ne peut pas s’affranchir de l’autorité des pouvoirs traditionnels qui s’exerce encore de façon importante dans les zones rurales. Il est absolument primordial de créer le sentiment d’appartenance à la République des chefs traditionnels qui jouent un rôle important de prescripteurs auprès des populations rurales.

N’oublions pas, que les populations africaines sont en majorité rurales et qu’une grande partie de cette population que nous le veillons ou non, reste attachée aux structures traditionnelles. C’est pour ce faire qu’il est important de mettre en place un cadre formel de collaboration entre les structures du gouvernement moderne démocratique et celles des pouvoirs traditionnels.

A cet effet, nous instaurerons une Conférence Annuelle Budgétaire, qui regroupera les représentants du pouvoir démocratique moderne et les représentants des pouvoirs traditionnels, dont l’objectif sera de dégager annuellement un consensus sur le budget national relatif à la vie sociale et associative, la culture et la protection des citoyens par l’Etat


Pourquoi, instaurer une Conférence Annuelle Budgétaire ?

Il est primordial dans un gouvernement démocratique de baser la répartition équitable des richesses, non pas sur un système automatique de revenu minimum garanti, mais sur un système collégial qui permette d’assurer le vote de budgets nationaux qui vont effectivement dans le sens de la résolution des problèmes sociaux et économique des populations suivant les besoins de chaque groupe de citoyens.

La mission première des politiciens béninois, ne devrait pas être de décréter chaque jour une lutte vaine contre la corruption, mais de mettre en place un système de répartition minimale des richesses par la voie d’un contrôle plus collectif de la préparation et de l’exécution du budget national.