Reforme 6

Systématisation des jurys de justice pour tous les types de tribunaux et interdiction du vote des juges magistrats dans le cadre des délibérés.


Pourquoi, instaurer le Comité des libertés et de la détention ?

En Afrique et particulièrement au Bénin, le droit de juger n’est pas perçu à sa juste valeur par les populations et il convient de leur rappeler que cela constitue un droit démocratique majeur.

L’organisation actuelle de la justice, ne correspond pas aux réalités sociales de notre pays et n’est pas de nature à garantir une justice impartiale et une équité de traitement entre citoyens béninois. Par conséquent, il faut que dans l’organisation du système judiciaire, le rôle majeur en termes de jugement appartienne non plus aux professionnels magistrats, mais bien directement à des citoyens élus désignés comme juges.

Les magistrats professionnels quant à eux accompagneront et éclaireront les juges citoyens élus.

Il est utile de rappeler que notre système judiciaire actuel n’est que le prolongement du système judiciaire colonial. Une observation des mœurs africains permet de comprendre aisément, que le système judiciaire occidental actuellement copié dans au Bénin n’est pas adapté à l’instauration d’une démocratie durale dans notre pays.

Il nous paraît absolument essentiel que dans le cadre d’un système démocratique stable au Bénin, qu’une réforme de la justice aboutisse à l’élection de juges citoyens parmi les élus du peuple qui seront assistés par d’autres juges qui eux sortiront de l’école de magistrature.